Pascal Leroy, président de la délégation d'Orbec

Pascal Leroy

Échanger, partager avec ses clients et ses confrères de Culture Presse... Hier comme aujourd’hui, Pascal Leroy, 53 ans, place le contact humain au cœur de sa vie.

En 2004, après dix-sept ans passés dans une société industrielle qui commercialise du matériel scolaire, il prend les rênes, avec son épouse, de la Maison de la Presse de Saint-André-de-l’Eure.

"Dès notre arrivée, nous avons rencontré des problèmes avec le quotidien régional. Paris Normandie ne voulait pas s’implanter dans notre magasin, sous prétexte que mon prédécesseur avait des dettes", explique le marchand. Il a alors le réflexe d’appeler Culture Presse (alors encore l’UNDP), dont il a repéré l’existence via Internet. Invité à l’assemblée départementale, Pascal Leroy découvre une organisation professionnelle efficace.

Puiser les infos à la source

Immédiatement, il perçoit l’avantage de s’investir au sein de l’organisation professionnelle pour puiser de l’information sur son nouveau métier et confronter son expérience à celle de ses confrères. "Les marchands de presse ont souvent des passés professionnels diversifiés. Ensemble, nous cherchons comment exploiter les bonnes idées et parvenons à faire avancer le métier."

Approché dès sa première année d’activité par Frédéric Ducloyer, ancien directeur UNDP de la région Ouest, Pascal Leroy s’investit illico et prend en charge la délégation de l’Eure. Il se bat au quotidien pour "dépatouiller" les problèmes d’approvisionnement et faire respecter les procédures.

Sur le terrain, il rencontre régulièrement ses confrères. Objectif : prendre le pouls d’un département constitué de points de vente ruraux ou implantés en galerie marchande. Son combat auprès de la communauté d’agglomération pour obtenir l’exonération de la CFE (cotisation foncière des entreprises) s’est ainsi soldé en 2015 par une victoire. Victoire dont il est d’autant plus fier que le montant de la taxe avait récemment doublé dans certaines communes…

En 2009, Pascal Leroy rejoint le Ceforep, organisme de formation professionnelle du réseau. Son but ? Transmettre son expérience d’un métier dont les techniques ne s’improvisent pas. Entre la gestion de son affaire de 125 mètres carrés, les réunions de Culture Presse et les formations qu’il anime, l’élu ne chôme pas. Aussi regrette-t-il de ne pas avoir d’équipe pour le seconder dans le département. "J’ai besoin de relais pour remonter les besoins de mes confrères qui dépendent de la Sad de Rouen et du dépôt du 28." Avis aux amateurs…

Un dépositaire sensible au dialogue commercial

Heureux d’appartenir à "l’organisation professionnelle du réseau, la seule qui compte", Pascal Leroy se prépare aujourd’hui en toute sérénité à affronter le regroupement des dépôts. "Je suis optimiste car le changement s’annonce d’ores et déjà profitable sur notre territoire. Le dépôt d’Évreux vient d’être rattaché par celui d’Orbec. Le nouveau dépositaire est nettement plus sensible au dialogue commercial avec les marchands de presse, et attentif à la qualité des approvisionnements", souligne-t-il.

Ses préoccupations locales portent avant tout sur la promotion de la formation aux réseaux sociaux. "Pour reconquérir et fidéliser sa clientèle, ce sont des supports nettement plus réactifs qu’un site Internet."

Au Ceforep, où il anime le stage d’initiation au métier de marchand de journaux et explique par le menu le fonctionnement de la distribution de la presse, l’élu insiste sur l’importance de diversifier l’offre de produits et de services pour maintenir la rentabilité du point de vente.

Confiant en l’avenir d’un métier qu’il aime, il émet un vœu pour 2016 : que ses confrères replacent l’expérience client au centre du business. "Dans nos magasins, il faut créer un univers propice au bien-être des usagers. Cela passe par un plus large choix, un merchandising adapté et une ambiance agréable."

Pénélope Desvaux

Bio Express

Diplôme : DUT de génie électrique
1962 : naît à Falaise (14).
1985-2002 : devient, après quelques années, responsable de l’unité Marché chez Jeulin (éditeur de matériel scolaire).
2002-2004 : recherche un emploi.
2004 : reprend une presse-librairie à Saint-André de L’Eure.
2006 : est élu président départemental de l’UNDP( devenue Culture Presse).
2009 : devient formateur au Cefodip (l’actuel Ceforep).
2010 : est élu au conseil d’administration de l'UNDP (Culture Presse) et à la CCI de l’Eure.
2019 : président de la délégation d'Orbec (suite à la restructuration des délégations de Culture Presse)