Les Jeux (FDJ et PMU)

La Française des Jeux (FDJ)

FDJ

La FDJ est aujourd'hui la deuxième loterie européenne, avec 26 millions de Français parmi ses joueurs.

Son réseau de distribution compte 30 800 points de vente, dont la moitié sont des magasins de presse. 

En appuyant le développement de son activité dans le cadre du programme "jeu responsable", elle a conservé son monopole sur le Loto, les jeux de grattage et les paris sportifs en points de vente et ce, malgré la loi de libéralisation des jeux de mai 2010 qui n'a, en fait, permis qu'à quelques nouveaux opérateurs en ligne de s'implanter.

L'entreprise a réalisé 15,8 Milliards€ de mises en 2018, et une croissance de +4,4%. Notamment grâce au développement du jeu numérique, et en jeux physiques, grâce à la progression des jeux de loterie et au succès de la Mission Patrimoine (reconduite en 2019).

Une bonne performance qui profite à tous grâce à une politique dynamique de redistribution : 95 % des enjeux sont en effet redistribués (65 % aux gagnants, 24 % à l'État et 5 % au réseau de vente).

Le réseau

18 000 marchands de journaux sont détaillants de la FDJ et réalisent 56 % de son CA. Bien que la FDJ ait intégré  le digital dans le parcours du client, 96 % de son CA  est encore produit par le réseau physique des 30 800 détaillants (marchands de journaux et buralistes).

Rémunération et accords tripartites sur le Jeu Responsable

La commission de base du détaillant est de 5 % sur le prix public, à laquelle s'ajoute 0,2 point pour les détaillants qui respectent les critères de la Convention dite du "Jeu responsable" signée en 2013 par Culture Presse, la Confédération des buralistes et la FDJ.

Culture Presse a engagé en 2012 des négociations avec la FDJ , dans le but d' augmenter significativement la rémunération des détaillants sur la vente de jeux. De nombreuses réunions tripartites – FDJ, Culture Presse, Confédération des buralistes – ont démontré la nécessité de convaincre le Ministère du budget – qui assume la tutelle de la FDJ – de s’engager par ce biais dans la consolidation du réseau de proximité. Ces discussions ont abouti à un accord  en 2013 qui permet au réseau de vente d'augmenter sa rémunération de 0,2 points en contrepartie de l'application des critères qui relèvent du "jeu responsable".

Un nouvel accord tripartite en 2018

Culture Presse, la Confédération des buralistes et la Française des Jeux ont conclu un accord pluriannuel, permettant une augmentation du taux de commission moyen des détaillants de +0,3 points sur deux ans (2018-2019).

Sur les 2 ans du plan, ce sont 48 millions d’euros qui seront injectés dans le réseau des détaillants.

Au terme du plan en 2019, la FDJ augmentera la commission sur les jeux de tirage et les jeux à gratter à faibles mises et modulera la commission sur les paris sportifs. Est aussi prévue la rémunération de certains services, comme la gestion des bons à valoir et des coupons de réduction. Enfin, la FDJ supprimera les loyers liés aux équipements FDJ, mesure importante pour soutenir les plus petits points de vente.

Comment devenir détaillant de la FDJ ?
Les Responsables de secteurs commerciaux de la FDJ
Site officiel : http://www.groupefdj.com/fr/detaillants/

Le Pari Mutuel Urbain (PMU)

PMUCrée en 1930 et devenu en 1985 un groupement d'intérêt économique, le PMU est le seul opérateur autorisé à enregistrer des paris hippiques dans des points de ventes (13 200 en 2019) à l'extérieur des hippodromes. L’intégralité de son résultat net, 796 millions d’euros en 2016, est reversée aux sociétés de courses membres du GIE, dont 80% pour le financement de la filière hippique française. Elles financent notamment l’entretien et la modernisation des 242 hippodromes et des centres d’entraînement ou d’élevage, la dotation des prix et l’organisation des courses dont plus de 16 700 sont supports de paris PMU. Elles contribuent également à la pérennité d’une centaine de métiers et de spécialités : jockeys, palefreniers, soigneurs, maréchaux-ferrants, moniteurs d’équitation, vétérinaires, selliers, etc.

Le réseau

Environ la moitié des points de vente PMU ont une activité presse.

L'ensemble des commerces qui composent son réseau physique réalise plus de 80 % du CA, et attire 6 millions de clients. Il est donc fondamental de veiller à son évolution pour l'adapter aux nouvelles attentes des joueurs. Comme tous les acteurs économiques de la filière, le PMU modernise son image et développe de nouvelles applications comme "My PMU" sur smartphone pour attirer une clientèle plus jeune et urbaine. Mais ces innovations passent aussi par de nouveaux concepts de points de vente dont le design est adapté au profil des joueurs, pro, pressé ou néophyte. Ainsi, après une phase de test, ces 3 concepts (PMU, Happy PMU, PMU Express) sont déployés sur le réseau depuis 2015 avec un équipement et une signalisation propre à chaque catégorie.

Un produit d'appel

Les produits du PMU sont une occasion supplémentaire de créer du trafic dans les magasins. Leur clientèle diversifiée correspond aux objectifs du PMU d'élargir et de féminiser sa cible de parieurs. En effet, une clientèle de plus en plus féminine et jeune (4 parieurs sur 10 sont des femmes) est notamment attirée vers les points de vente presse, plutôt que les bars. À charge pour le marchand de journaux de mettre en avant la presse hippique !

Rémunération

La commission du point de vente PMU est fonction du CA réalisé : de 1,6 à 1,9 %  pour les paris et de 2,2 à 2,5 % pour le Quinté.

Comment devenir point de vente PMU ?